Agios bancaires : comment les contester ?

Depuis 3 ans, les tarifs bancaires ont augmenté dans presque toutes les banques, poussant les Français à contester leurs agios bancaires. Nous allons vous expliquer comment les contester et quelles sont les limites à ne pas franchir.

Quelles sont les solutions pour contester les frais bancaires ?

Premièrement, afin de contester vos agios bancaires, vous pouvez contacter votre agence bancaire. Si vous êtes confronté à des frais abusifs ou si la banque a fait une erreur, nous vous conseillons d’aller négocier avec celle-ci. Sinon, vous pouvez envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception, si votre banquier ne procède pas à la régularisation malgré votre signalement, ou s’il continue à augmenter les frais de vos agios bancaires. Si toutefois vous ne recevez aucune réponse dans un délai de 15 jours, vous devrez alors faire parvenir une mise en demeure, en recommandé, avec accusé de réception. Ensuite, si la procédure n’aboutit pas et que vous n’obtenez pas ce que vous souhaitez, vous pouvez contacter le médiateur bancaire, qui est un service totalement gratuit. Afin d’obtenir plus de renseignements sur ce service, vous pouvez consulter le site Internet du service public, qui vous expliquera comment procéder. Sachez aussi qu’il existe une association de défense des consommateurs, que vous pouvez contacter après trois tentatives de médiation sans succès. Après, vous pouvez faire appel à un conciliateur de justice, pour trouver une solution amiable. Si, malgré toutes vos démarches vous n’êtes pas satisfait et que vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord avec le banquier, il faudra se tourner vers le tribunal d’Instance. Bien entendu, il faut mesurer au préalable le préjudice causé, et si vous estimez que celui-ci en vaut la peine, vous pouvez faire appel à un avocat, si vous le souhaitez. Sachez qu’une procédure peut être lancée pour tout litige concernant un montant compris entre 4000 € et 10 000 €. Au-delà de cette somme, il faudra saisir le tribunal de grande instance.

Est-ce une procédure risquée ?

Il faut savoir que la banque a le droit de clôturer le compte du client si celui-ci décide de refuser les agios. Elle doit alors lui faire parvenir une lettre recommandée, avec accusé de réception. Ce compte pourra être fermé uniquement dans un délai de 2 mois. Parfois, il arrive que les banques fassent pression sur vous pour que vous clôturiez votre compte au plus vite. Petit conseil, il ne faut pas se laisser intimider. Toutefois, il faut savoir qu’il n’existe pas de chiffres significatifs concernant les demandes de contestation. Les associations des consommateurs n’ont pas beaucoup de plaintes pour cette raison, alors qu’elles incitent les consommateurs à le faire. Après, certaines banques ne modifient pas, ou presque jamais les agios bancaires. C’est le cas notamment de la Société Générale, de LCL ou encore du Crédit Mutuel, vous trouverez toutes les coordonnées afin de les joindre sur notre page d’accueil. Nous ne pouvons donc pas nous prononcer réellement concernant les risques de la procédure, cela dépend de votre banque, de l’augmentation du montant, etc.

Augmenter votre découvert autorisé

Dans le but de réaliser des économies, nous vous conseillons de négocier avec votre banquier une autorisation de découvert. Si toutefois vous êtes confronté à des dépenses imprévues par exemple, ce découvert autorisé vous permet d’éviter les frais onéreux pour incidents de paiement. Bien entendu, si vous êtes dans le rouge, vous paierez les agios bancaires, mais si vous êtes seulement quelques jours à sec, cela ne vous coûtera que quelques centimes. En effet, les taux d’agios sont généralement compris entre 8 % et 16 % par an, ce qui paraît assez élevé, mais si vous êtes rigoureux concernant vos dépenses, cela ne devrait pas vous coûter trop cher. En effet, la banque prélève des frais également dans d’autres situations notamment l’opposition bancaire, et cela peut vite revenir cher.

Laisser une Réponse